Zone Géographique et choix du secteur d'implantation

 

Le projet éolien de Béganne se situe dans le Pays de Redon et de Vilaine à une trentaine de kilomètres à l’est de Vannes, au carrefour de trois départements: Loire-Atlantique, Morbihan et Ille et Vilaine. Ce projet porte sur l’implantation de 4 éoliennes, d’une hauteur maximale de 150 mètres, et d’orientation sensiblement est-ouest.

 

 

Le secteur d’implantation des éoliennes couvre une superficie d’environ 2km, et touche deux communes, Béganne et St Gorgon. L’occupation du sol est essentiellement marquée par la présence d’un complexe de bois et de landes, avec des parcelles de cultures intercalées dans cette mozaïque de milieux naturels.

Situé sur une ligne de crête, le secteur d’implantation présente un relief assez marqué.

 

 

A partir de septembre 2005, suite aux difficultés pour poursuivre son projet éolien coopératif et pédagogique sur les sites de Sainte-Anne sur Vilaine et Sainte Marie de Redon*[1] (35), EPV a effectué un repérage des autres zones potentiellement intéressantes pour ériger des éoliennes dans le Pays de Redon et territoires limitrophes. Une dizaine de sites ont été prospectés avec l’objectif d’identifier leurs contraintes environnementales, géographiques et techniques (examen des ressources en vent, possibilités de raccordements, espaces disponibles, etc.).

Le recensement de l’ensemble des sites potentiels d’implantation d’éoliennes a été mené en s’appuyant sur les critères suivant :

1)    Identification de secteurs éloignés des bâtiments[2].

2)    Potentiel éolien et la prise en compte du relief local  (élimination des secteurs encaissés, effet de contre-colline).

3)    Identification des moyens de raccordement au réseau et des capacités de celui-ci à transporter l’électricité (postes sources).

4)    Elimination des milieux emblématiques (exemple : les marais de Vilaine).

5)    Prise en compte de l’aspect de constructibilité du parc (accessibilité,…)

6)    Identification des projets en cours : prévention de l’effet de mitage.

7)    Identification des zones déjà retenues par un promoteur éolien.

8)    Soutien des élus.

Pour chaque zone prospectée EPV a précisé les sites en deux catégories :

Les sites les plus favorables envisageables court terme :

·         Sévérac / Guenrouët.

·         Béganne / Saint-Gorgon / Allaire.

La suite du travail a consisté à évaluer plus en précision la faisabilité des sites retenus dont le site se situant aux confins des communes de Béganne/St Gorgon/Allaire : selon la méthodologie décrite ci-après :

·         Prise de contact avec les élus du territoire (Communes et Communautés de communes directement concernées, Conseils Généraux et Régionaux).

·         Consultation des services de l ’État pour définir les enjeux et premiers avis sur les sites pressentis dont la visite des paysagistes conseil mandatés par l’Etat, aviation civile et militaire, Direction Régionale de l’Environnement,…)et consultation du schéma éolien du Morbihan (zones de contraintes,…). (voir document ci-contre).

·         Réunions publiques pour la population locale, expositions, …

·         Contact avec les propriétaires fonciers.

La deuxième phase qui a débuté au cours de l’année 2006 a consisté à étudier avec précision le site de Béganne/St Gorgon pour obtenir l’étude d’impact complète d’un projet éolien sur ce territoire.

Des cabinets spécialisés (voir détail des prestataires techniques au début du document) ont été mandatés pour étudier en détail le projet. Ils ont effectué des études portant sur les thématiques suivantes : paysage, acoustique, flore, faune (oiseaux et chauves-souris), analyse le vent pour apprécier au plus juste le potentiel éolien du site (un mât de 70 mètres de haut mesure le vent depuis janvier 2007 décembre 2006 sur le site). Ce dernier point reste un élément fondamental dans le choix du site d’implantation et le gabarit des éoliennes (hauteur d’axe et diamètre).

Le département du Morbihan de la Loire Atlantique fait partie des départements français intéressants d’un point de vue du potentiel éolien, les vents y étant fréquents et réguliers. L’atlas éolien régional de Bretagne édité en février 2006des Pays de la Loire[3] indique que le secteur retenu dans le cadre de l’étude bénéficie de conditions favorables au développement de projets éoliens, puisque le la vitesse moyenne du vent y est comprise entre 5,2 et 6,0 m/s à 60 m d’altitude, avec un potentiel éolien compris entre 200 et 250 W/m2 à 60 mètres de hauteur. Localement les mesures effectuées à l’aide du mât de mesure ont permis d’affiner ces estimations. Le bureau d’études ETD, spécialiste éolien, a analysé les enregistrements. Une analyse des corrélations avec les stations Météo-France les plus stables présentant la meilleure qualité de corrélation  autour de la zone d’étude (La Noë Blanche, Rennes Saint-Jacques, Laval, Beaucouze, Dinard, Lorient LB, P. Chemoulin) a permis d’estimer avec une bonne précision le régime des vents pour les années à venir. Ainsi, il apparaît que la vitesse moyenne du vent mesuré et corrélé sur 10 ans ( à partir des stations météo France voisine du site et stable) convergent vers : 6 m/s à 70 m. Le vent moyen long terme serait de 6,52 m/s à 80 m et proche de 76,5 m/s à 100 m. La régularité du régime de vent ainsi que son intensité font du secteur d’étude un lieu particulièrement adapté à la transformation de l’énergie éolienne en électricité. L’implantation d’éoliennes sur une crête permet également de bénéficier des effets d’accélération des vents d’autant plus que la crête de Béganne est très ouverte sur les vents dominant (Sud - Ouest).

D’autres paramètres ont également été pris en compte (sécurité, raccordement électrique, impact énergétique, impact socio-économique, ombres portées,…).


 

Toutes ces études étaient indispensables pour choisir la meilleure configuration du parc éolien et réduire leur impact sur l’environnement naturel et humain Le positionnement, le nombre d’éoliennes, les écarts entre éoliennes et leurs hauteurs ont été choisis en fonction des conclusions de ces études.

Le travail des prestataires techniques, de l’association Eoliennes en Pays de Vilaine et de la Sarl Site à Watts a été effectué en totale transparence et concertation avec la population, les élus et les services de l’état.

La visite du paysagiste-conseil de la Direction Départementale de l’Equipement du Morbihan (Mme Claire) a eu lieu en amont du lancement des études approfondies, afin d’obtenir son point de vue sur le secteur d’implantation et d’entendre ses préconisations pour l’étude paysagère à mener. Cette visite date du 20 juillet 2006.

La mise au point du schéma d’implantation des éoliennes applique une méthodologie visant à obtenir une implantation des éoliennes respectant l’ensemble des servitudes et contraintes relevées en phase diagnostic. Elle répond de manière optimale à l’ensemble des enjeux environnementaux mis en évidence également en phase diagnostic (paysagers mais également faunistiques, floristiques et acoustiques).

 

Les différentes étapes sont les suivantes  j k l m n o  :

 

j   Cartographie du recul de 500 mètres des habitations riveraines du site éolien (contrainte acoustique théorique) : il s’agit du recul minimum que s’est imposé le porteur de projet dès le début du projet.

 

k Cartographie de l’ensemble des servitudes et contraintes relevées sur le site éolien (espaces boisés classés ou à préserver, zones ND, recul de la RD 137, passage d’une ligne HT).

 

l Prise en compte des fortes sensibilités écologiques mises en évidence par les spécialistes lors de l’évaluation de l’état initial : d’un point de vue faunistique, l’ensemble du site éolien présente des enjeux majeurs ou forts, d’un point de vue floristique, des sous-secteurs

L’ensemble de ces contraintes et enjeux limite fortement les potentialités de scénarios paysagers d’implantation des éoliennes.

 

m Prise en compte des recommandations paysagères pour l’insertion des éoliennes dans le paysage immédiat à lointain (alignement régulier d’éoliennes, orienté est / ouest à nord-ouest / sud-est, implantation du nombre maximal de machines possible soit 4) : les dimensions du site éolien couplées à l’ensemble des enjeux écologiques génèrent trois scénarios paysagers possibles.

n Choix du scénario paysager : le scénario A a d’abord été écarté suite à l’étude acoustique, en phase d’optimisation (voir étude acoustique et face page92 de ce présent document) : l’éolienne A1 est trop proche des habitations au nord. Elle devrait être décalée de 200 mètres vers le sud. De plus, l’implantation de 3 éoliennes au lieu de 4 diminuerait la production énergétique et remettrait en question la viabilité du projet. Le scénario B comprenant 3 éoliennes, a donc également été écarté. Ainsi, le scénario retenu est l’alignement régulier de 4 éoliennes c’est-à-dire le schéma optimal d’un point de vue paysager ( : scénario C).

 

La position de l’éolienne C2 dans la lande mésophile, elle-même inscrite dans un espace boisé classé a fait l’objet d’une réunion de concertation. Elle s’est déroulée le 6 septembre 2007 sur le site éolien de Béganne.

Différents acteurs ont été associés à la réflexion : DDAF 56, DIREN Bretagne, DDE, élus locaux (communes, communauté de commune et CG56), membres du projetl’association «Essaimons les arbres» du Pays de Redon’Allaire, le bureau d’études Ouest-Aménagement, le Conservatoire National des Arbres Sauvages de Guémené-Penfao, le CPIE Val de Vilaine, l’association Eoliennes en Pays de Vilaine (voir annexe 5 : fiche de présence).

 

Cette concertation a permis de valider le choix d’implanter l’éolienne C2 au sein de la lande mésophile et celui de déclasser, partiellement, l’espace boisé classé.

 

Avant de valider définitivement l’implantation de C2, le porteur de projet a recherché des mesures compensatoires en concertation avec les partenaires techniques du projet éolien, les adhérents de l’association Eoliennes en Pays de Vilaine, avec d’autres associations locales (dont les membres du projet « Essaimons les arbres » ou « Forest Clim » du Pays de Redon) et d’autres spécialistes concernés par cette problématique.

 

Concernant la sensibilité chiroptérologique du site éolien, une recherche a été également menée pour adapter les caractéristiques du parc éolien et notamment son fonctionnement. Le porteur de projet a présenté les résultats de ces recherches lors d’une réunion à la DIREN le 20 février2008. (il faudra que les éléments présentés soient bien en cohérence avec les mesures d’accompagnement ou compensatoires)

 

Ce travail a abouti à l’élaboration de mesures compensatoires présentées dans le chapitre des mesures de l’étude d’impact (voir § 5).

 

Le déclassement de l’espace boisé classé dans lequel s’insère C2 et ceux survolés par C3 et C4 nécessite une révision simplifiée du Plan d’Occupation des Sols de Béganne (voir paragraphe Urbanisme § 4.3.3.). Une délibération du conseil municipal de la commune de Béganne a été prise à ce titre le 29 novembre 2007.

 

o A partir du scénario paysager retenu, ajustement du positionnement de chacune des éoliennes afin de limiter au maximum les impacts en terme de consommation d’espace (voies d’accès et plateforme de montage) et de survol des espaces boisés classés et respecter une distance entre éoliennes de minimum de 3,5 fois le diamètre du rotor soit environ 320m (voir remarque P45 et 87).

 

 

Le schéma d’implantation final (voir ci-dessous) est un alignement de 4 éoliennes. La position précise de chacune des éoliennes optimise l’ensemble des enjeux environnementaux relevés en phase diagnostic.



[1] rappels historiques : proche de l’aérodrome de Bains sur oust, le site de Sainte-Marie est pour l’instant écarté parce qu’il ne répond pas aux prévisions de modification des servitudes  étudiées  par l’aviation civile. Un premier site à Sainte-Anne sur Vilaine avait déjà été abandonné en raison de son impact paysager présumé

[2] Bien que la notion de distance entre une habitation et une éolienne n’aie pas de fondement réglementaire, il est préférable, pour un premier repérage des zones d’accueil potentielles, d’établir une distance de précaution site-habitat qui sera fonction de l’environnement du site d’étude. EPV a décidé de choisir des périmètres éloignés de 450m minimums des habitations.

 

[3] Document produit par la Région Bretagne en juillet 2006 l’ADEME et le Conseil Régional des Pays de la Loire

Copyright © 2017 EOLIEN CITOYEN - Eoliennes en Pays de Vilaine - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public